Jeudi 19 Octobre 2017 - Document sans titre Saint Paul de la Croix Document sans titre



Document sans titre
"Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux" (Luc 6, 36)
Get the Flash Player to see this rotator.

FLASH INFO Document sans titre
  • Sa Sainteté le Pape François a accepté ce 12 octobre 2017, la démission de Son Excellence Mgr Marie-Daniel DADIET, qui avait demandé à être relevé de la charge pastorale de l'Archidiocèse de Korhogo, pour raison de santé. Le Saint Père nomme S.E Mgr Ignace BESSI Dogbo, Evêque de Katiola, Administrateur Apostolique de l'Archidiocèse de Korhogo.

Accueil > Vie consacree > Frères des Ecoles Chrétiennes

Vie consacree


Frères des Ecoles Chrétiennes

Mer 9 Jan 2013, 15:06

Les Frères des écoles chrétiennes (ou Lasalliens) forment un institut religieux voué à l'éducation des jeunes des classes modestes, fondé à Reims en 1684 par saint Jean-Baptiste de La Salle. L'emblème de l'Institut est une étoile d'argent rayonnante placée sur un bouclier bleu dans lequel figure la devise “Signum Fidei” ou “Signe de la Foi.” L'étoile fait allusion à la foi et à la charité avec la devise, "Indivisa manent" (que rien ne nous sépare jamais! - restons toujours unis!),

Généralités

  • L'institut des Frères des Écoles chrétiennes, expressément désigné ainsi par le fondateur lui-même, est une congrégation religieuse de droit pontifical à vœux simples. Les Frères ne sont pas prêtres. Aux voeux traditionnels de pauvreté, chasteté, obéissance, les frères ajoutent une consécration totale de leur personne à la Sainte Trinité qui conduit à un engagement de stabilité dans la société pour tenir ensemble et par association les écoles gratuites ou faire dans ladite société ce à quoi ils seront employés soit par leurs supérieurs, soit par le corps de la société.
  • Les frères portaient une soutane noire non boutonnée avec un large rabat blanc, ils étaient familièrement surnommés les « Frères quatre bras » à cause de leur grand manteau à manches flottantes.
  • Afin de mieux attacher ses disciples à leur vocation d'instituteurs, Jean-Baptiste de La Salle avait écarté résolument les Frères du sacerdoce en leur interdisant l'étude du latin, et cette règle fut strictement observée jusqu'en 1923. À cette époque, par une lettre adressée au 34e Chapitre Général, le pape Pie XI, leur demandait formellement d'ouvrir leurs programmes aux études classiques. Les frères se sont inclinés devant la volonté pontificale et ont modifié leurs Règles, afin de pouvoir aborder l'étude du latin et l'enseignement classique.
  • Leur recrutement populaire, ne favorisant pas toujours une excellente instruction des Frères lors de leur prise de fonction enseignante, les a fait surnommer par leurs détracteurs à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle les « frères ignorantins ». Mais ce terme viendrait plutôt de ce que les frères basés à Saint-Yon, près de Rouen, s'appelaient « Frères Yontains », et Voltaire ou des voltairiens, se sont fait une joie d'en faire « frères ignorantins ».
  • Les frères des Écoles chrétiennes sont surtout spécialisés dans l'enseignement primaire et professionnel.
  • Les catégories socio-professionnelles des parents d'élèves sont moins élevées que la moyenne de l'enseignement privé :
    • 1/4 d'entre eux appartiennent à la catégorie des chefs d'entreprise ou cadres (enseignement public : 18,8 %, enseignement privé : 30 %)
    • 1/3 d'entre eux sont ouvriers, retraités ouvriers, ou employés, chômeurs n'ayant jamais travaillé, personnes sans activité professionnelles (enseignement public : 39,4 %, enseignement privé : 24,1 %).

Histoire de l'Institut des frères

  • En 1719, à la mort du fondateur, 274 frères enseignaient à 9 885 élèves dans 23 écoles.
  • En 1724, la Congrégation obtenait de Louis XV des Lettres patentes qui lui conféraient la personnalité civile; l'année suivante, le pape Benoît XIII, par la Bulle In Apostolicae dignitatis solio, lui octroyait le rang de congrégation religieuse.
  • Au cours du XVIIIe siècle, l'Institut se développa rapidement. Les programmes d'études sont particulièrement innovants pour l'époque. Ainsi, au Pensionnat d'Angers, comme à Saint-Yon de Rouen, et à Maréville de Nancy, outre le programme des écoles primaires, on enseignait : l'histoire, la géographie, l'histoire naturelle, l'hydrographie, la mécanique, la cosmographie et les langues. On y donnait des cours de sciences et de dessin industriel, des cours de mathématiques et d'architecture. On y pratiquait certains métiers: tissage, travail du fer et du bois.
  • A la veille de la Révolution, il y avait, en France, 930 Frères, répartis en 128 établissements et donnant l'instruction à 35 700 élèves. En Italie, l'Institut comptait également deux écoles qui servirent de refuge à un certain nombre de Frères pendant la période révolutionnaire.
  • Comme toutes les autres congrégations enseignantes, l'Institut des Frères est supprimé le 18 août 1792 par un décret de l'Assemblée législative « considérant qu'un État vraiment libre ne doit souffrir aucune corporation, pas même celles qui, vouées à l'enseignement public, ont bien mérité de la patrie1. »
  • Les Frères refusèrent en masse de prêter le serment de la Constitution civile du clergé, devenus des instituteurs publics, ils ne pouvaient accepter d'enseigner le catéchisme révolutionnaire.Le secrétaire général de l'Institut, Nicolas Leclerc (Frère Salomon), béatifié par la suite, fut massacré dans la prison des Carmes à Paris le 2 septembre 1792. Toutes les écoles furent évacuées le 1er octobre 1792. Les Frères réfractaires n'eurent droit à aucune indemnité. Tous les biens de l'Institut furent saisis.
  • Les Frères sont à nouveau autorisés sous l'Empire grâce à l'influence de l'inspecteur général Ambroise Rendu, qui exige cependant d'eux (et des autres congrégations) un brevet d'enseignement.
  • Le 15 août 1808, un décret de Napoléon Ier sur l'éducation prévoyant notamment, dans son article 38, que les écoles doivent désormais suivre les « principes de l’Église catholique », stipule dans son article 109 que les Frères des écoles chrétiennes s’occuperont désormais de l’enseignement primaire et formeront les instituteurs. Ils reprennent donc officiellement leurs fonctions en 1810. Encouragés à se développer pour contrer l'influence des jésuites, autorisés en 1816 à revenir en France, ils se développent rapidement dans toute la France.
  • Ce rapide essor inquiéta les milieux libéraux et anti-cléricaux. Afin d'y apporter une alternative, une nouvelle méthode d'enseignement, l'enseignement mutuel, dont le modèle était importé d'Angleterre, fut promue2. L'enseignement mutuel fut interdit par le pape Léon XII en 18243. Dans les années qui suivent la révolution de 1830, plus de 2 000 écoles mutuelles existent, principalement dans les villes, en concurrence avec les écoles confessionnelles. En 1833, François Guizot, ministre de Louis-Philippe Ier, promeut une nouvelle loi visant à organiser l'éducation primaire, tranche aussi, sur les méthodes pédagogiques, pour l'enseignement simultané des écoles Lasalliennes, au détriment de l'enseignement mutuel qui, dès lors, entame un recul qui le mène en quelques années à la marginalisation.
  • L'année 1900 marque pour l'Institut, l'apogée de sa prospérité en France. Le jury de l'Exposition Universelle de Paris lui décerne plus de 60 récompenses, dont 4 Grands Prix, 14 médailles d'or et 21 médailles d'argent. En cette même année 1900, le 24 mai, le pape Léon XIII, devant 34 cardinaux et 250 évêques, procède à la canonisation du fondateur, saint Jean-Baptiste de La Salle.
  • Cependant, l'exode des Frères hors de France amorcé dès 1881, avec les lois laïques de Jules Ferry, est général après la suppression légale de l'ordre en France le 7 juillet 19044. L'Institut compte 15 457 Frères dont 10 651 en France5.
  • À la déclaration de guerre, en 1914, la plupart reviennent en France, et mille huit cent quatre-vingt dix d'entre eux sont mobilisés.
  • Entre les deux guerres, beaucoup de frères se sécularisent, gardant ainsi une place dans le domaine scolaire.
  • En 1955, on dénombrait quatre mille frères des Écoles chrétiennes œuvrant dans trois cent quarante-quatre écoles primaires ou complémentaires, trente-deux écoles secondaires et quarante-trois écoles techniques.

Web: lasallefrance.fr/



Commentaires

Voir aussi

L’Eglise compte 35 nouveaux saints, dont 33 martyrs
Angélus: le Pape demande d'être, pour tous, un signe d'espérance
CARITAS AFRICA:« Organiser le service de la charité en Afrique : le role des Eveques »
Angélus: le Pape François appelle à pardonner, à l'image de ce que Dieu nous offre
Homélie dominicale

Les textes fondamentaux

Tous les Saints

Foi et vie chrétienne

Diocèses et Paroisses

Les Evêques

Jeunes

Mouvements et associations

Médias et presse

Annuaire catholique

Allo mon père

Demande de messe

Faire un don





© 2011 - 2013 Copyright CECCI. Tous droits réservés – Design by IMPULSE WEB AGENCY