Mercredi 18 Octobre 2017 - Document sans titre Saint Luc Document sans titre



Document sans titre
"Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux" (Luc 6, 36)
Get the Flash Player to see this rotator.

FLASH INFO Document sans titre
  • Sa Sainteté le Pape François a accepté ce 12 octobre 2017, la démission de Son Excellence Mgr Marie-Daniel DADIET, qui avait demandé à être relevé de la charge pastorale de l'Archidiocèse de Korhogo, pour raison de santé. Le Saint Père nomme S.E Mgr Ignace BESSI Dogbo, Evêque de Katiola, Administrateur Apostolique de l'Archidiocèse de Korhogo.

Accueil > Actualité > «Quel prêtre est-ce que je désire être?»: le pape pose la question de la formation sacerdotale

Actualité


«Quel prêtre est-ce que je désire être?»: le pape pose la question de la formation sacerdotale

Lun 9 Oct 2017, 16:23

« Quel prêtre est-ce que je désire être? » : le pape François a posé cette question aux 268 participants d’un congrès international organisé par la Congrégation pour le clergé qu’il a reçus ce samedi 7 octobre 2017 en Salle Clémentine du Vatican.

photo d'illustration (Ordination sacerdotale dans le diocèse de Yopougon)

Ou plutôt, le pape François leur a proposé de se poser la question : « Quel prêtre est-ce que je désire être? » Et il a mis en lumière l’alternative : « Un prêtre de salon, tranquille et installé, ou un disciple missionnaire dont le cœur brûle pour le Maître et pour le peuple de Dieu? Un prêtre qui s’enterre dans son bien-être ou un disciple en chemin ? »

Le  prêtre doit donc se former « en fuyant aussi bien une spiritualité sans âme, qu’inversement, un engagement mondain sans Dieu ».

Pour le pape, la formation sacerdotale est « déterminante pour la mission de l’Église » : « Le renouvellement de la foi et l’avenir des vocations n’est possible que si nous avons des prêtres bien formés. »

Cette formation, fait observer le pape, dépend d’abord de Dieu, et ensuite de la liberté humaine : du prêtre, des évêques et du peuple de Dieu.

L’action de Dieu

« La formation sacerdotale dépend d’abord de l’action de Dieu dans notre vie et dans nos activités » fait remarquer le pape qui évoque l’image du vase d’argile façonné par le potier : c’est Dieu qui « transforme notre cœur », et ceci pendant « toute la vie ». Il avertit: « Celui qui ne se laisse pas former par le Seigneur chaque jour, devient un prêtre éteint, dans un ministère inerte, sans enthousiasme pour l’Évangile, ni passion pour le peuple de Dieu ».

La réponse de la liberté au don de Dieu

Pour le pape, le prêtre doit aussi apporter sa contribution à l’oeuvre du « potier divin » : dans « l’atelier du potier, il y a au moins trois protagonistes », les prêtres eux-mêmes, les évêques et le Peuple de Dieu.

Le prêtre lui-même, par son choix de vie : « Plus que le bruit des ambitions humaines, il préférera le silence et la prière, plus que la confiance en son propre travail, il saura s’abandonner aux mains du potier et à sa providence créative, plus que par des idées préconçues, il se laissera guider par une saine inquiétude du cœur qui orientera son incomplétude vers la joie de la rencontre avec Dieu et ses frères. Plus que l’isolement, il cherchera l’amitié de ses frères dans le sacerdoce et de ses proches, en sachant que sa vocation naît d’une rencontre d’amour avec Jésus et avec le Peuple de Dieu. »

Les formateurs et les évêques

Le recteur du séminaire, les directeurs spirituels, les éducateurs, et les évêques sont appelés à «  de l’atelier » du potier pour « prendre soin » des vocations au sacerdoce, souligne le pape qui insiste sur l’exercice du « discernement » et recommande «une proximité chargée de tendresse et de responsabilité envers la vie des prêtres, une capacité d’exercer l’art du discernement comme un instrument privilégié de tout le chemin sacerdotal ».

Le pape insiste aussi sur le « travailler ensemble », ce qui suppose de « franchir les frontières des diocèses », « dialoguer avantage » et « proposer des parcours de formation à la hauteur de cette tâche importante », de façon à « susciter l’espérance là où les cendres ont recouvert les braises de la vie, et engendrer la foi dans les déserts de l’histoire ».

photo d'illustration (Ordination sacerdotale dans le diocèse de Yopougon)

 

Le peuple de Dieu

Le pape indique comme « troisième protagoniste de la formation sacerdotale » – et qu’il recommande de « ne jamais oublier » – : « le Peuple de Dieu».

Filant la métaphore du potier le pape estime que le peuple de Dieu est « le tour qui façonne l’argile de notre sacerdoce ».

Le pape recommande aux prêtres de « se laisser façonner par ses attentes, se laisser toucher par ses blessures », de « marcher au milieu de lui », en dépit des « résistances » et des « incompréhensions ». Visiblement, le pape parle comme d’expérience.

Il fait observer que  «  le peuple de Dieu est capable de gestes surprenants d’attention et de tendresse envers ses prêtres ».

Voilà, conclut le pape, la « véritable école de formation humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale » car «le prêtre doit être celui qui se tient entre Jésus et les gens ».



Commentaires

Voir aussi

L’Eglise compte 35 nouveaux saints, dont 33 martyrs
Angélus: le Pape demande d'être, pour tous, un signe d'espérance
CARITAS AFRICA:« Organiser le service de la charité en Afrique : le role des Eveques »
Angélus: le Pape François appelle à pardonner, à l'image de ce que Dieu nous offre
Homélie dominicale

Les textes fondamentaux

Tous les Saints

Foi et vie chrétienne

Diocèses et Paroisses

Les Evêques

Jeunes

Mouvements et associations

Médias et presse

Annuaire catholique

Allo mon père

Demande de messe

Faire un don





© 2011 - 2013 Copyright CECCI. Tous droits réservés – Design by IMPULSE WEB AGENCY