Dimanche 30 Avril 2017 - Document sans titre Saint Pie V Document sans titre



Document sans titre
"Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux" (Luc 6, 36)
Get the Flash Player to see this rotator.

FLASH INFO Document sans titre
  • « La seule forme d’extrémisme religieux acceptable est l’extrémisme dans la charité », a déclaré le pape samedi 29 avril au Caire, avant de prier pour les victimes du terrorisme dans le monde en général et en Egypte en particulier.
  • Garde à ton peuple sa joie Seigneur, toi qui refais ses forces et sa jeunesse ; tu nous as rendu la dignité de fils de Dieu, affermis-nous dans l'espérance de la résurrection (3è Dimanche de Pâques).
  • En RDC, les Evêques renoncent à organiser la transition politique. Le 27 mars au soir, ils ont constaté "l'impasse politique des discussions", après un nouveau cycle de négociations infructueuses (La Croix)
  • AMORIS LAETITIA : « Quiconque voudrait fonder une famille qui enseigne aux enfants à se réjouir de chaque geste visant à vaincre le mal – une famille qui montre que l’Esprit est vivant et à l’œuvre – trouvera gratitude, appréciation et estime, quels que soient son peuple, sa religion ou sa région » (Numéro 77).

Accueil > Textes et déclarations > Exhortation à renoncer à la violence du 24 mars 2004

Textes et déclarations


Exhortation à renoncer à la violence du 24 mars 2004

Jeu 11 Avr 2013, 09:47

Chers frères et sœurs,
Chers compatriotes,


 La vive tension socio-politique  qui prévaut en ce moment dans notre pays pourrait, si nous n’y prenons garde, nous entraîner dans une spirale de violence dont les signes annonciateurs nous sont  donnés  par les évènements récents que nous regrettons tous( violences et casses perpétrées par les étudiants, agressions des magistrats…) et par le durcissement des positions des différents protagonistes du processus de retour à la paix. Il est  fort regrettable de constater que la plupart des grands discours que nous entendons sur la paix sont tout, sauf pacifiques.

Par ailleurs, la perspective de la marche prévue le jeudi 25 mars 2004 par sept des partis signataires de l’accord de Linas-Marcoussis  et les mesures prises par l’autorité publique à cet effet,  sèment la peur et le désarroi dans les esprits et les cœurs. Tout le monde vit dans la hantise que quelque chose de grave va nous arriver.
Dans un tel climat, fidèles à notre devoir de pasteurs, nous voudrions lancer un appel urgent :
 
1. Au président de la République

Vous êtes le premier garant de l’ordre et de la paix dans ce pays. C’est pourquoi, nous vous encourageons à aller jusqu’au bout des sacrifices que vous pourriez consentir pour que ce pays retrouve effectivement la paix par le dialogue et la réconciliation. Pour le bien du peuple, faites tout ce qui est en votre pouvoir pour que ce pays ne sombre pas encore dans la violence. Ce serait pour nous tous, mais surtout  pour vous, un véritable échec.

2. Aux sept  partis signataires de l’ Accord Linas Marcoussis

Sans préjuger du bien fondé de votre initiative, nous vous invitons  instamment à surseoir à cette marche compte tenu du trop grand risque qu’elle représente pour la stabilité et l’ordre dans le contexte actuel. Elle nous expose à des incertitudes dont personne ne peut être sûr de cerner tous les contours.
Vous devez savoir que pour qu’un acte soit bien compris, il doit être posé au moment opportun. Faute de quoi, un tel acte s’expose à toutes sortes d’interprétations tendancieuses susceptibles de lui denier toute valeur et toute crédibilité Ainsi les moyens utilisés peuvent nous faire rater le but visé, aussi honnête soit-il.
En définitive, la question que chacun de nous doit se poser aujourd’hui est de savoir si l’acte qu’il pose peut nous conduire ou non à la paix. En clair, que représente pour vous le défi d’une marche qui pourrait dégénérer en tragédie devant  le défi plus grand de la paix par la réconciliation ?
Aujourd’hui, votre honneur se trouve dans le respect de la légalité, en attendant qu’une négociation vraie et sincère, en faveur du peuple, ne donne une légitimité à vos revendications.

3. A tous les responsables et aux militants des partis politiques.

Le spectacle désolant qu’il nous est donné de voir ces temps-ci nous invite à conclure que les enjeux électoraux sont en train de saper votre volonté de réconciliation. Auriez-vous oublié que sans la paix, il n’y aura jamais d’élections ? Pourquoi mettre alors la charrue avant les bœufs ? Pourquoi vous laisser aveugler par les intérêts partisans alors que le peuple continue de souffrir ? Donnez une nouvelle chance à la paix pour que vive le peuple de Côte d’Ivoire. Au delà de nos incompréhensions, nous ne devons pas oublier les priorités que constituent le désarmement et la réunification de notre cher pays.

Chers frères et sœurs,
Chers Compatriotes,

Gardons tous notre calme ! Soyons sereins ! Militons pour la paix et ne faisons rien qui aille contre la réconciliation !

Puisse Dieu nous garder de tout mal et répandre sur notre pays sa Paix,  en abondance.


                 Vos frères Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire 



Commentaires

Voir aussi

Regina Caeli: «la miséricorde est la forme concrète par laquelle nous rendons visible la résurrection de Jésus»
Le message Urbi et Orbi du Pape François pour Pâques : l'Afrique et le Moyen-Orient au coeur de son message de paix
Le cardinal Jean-Pierre KUTWÀ interpelle prêtres et fidèles laïcs : « Je vous invite solennellement à mettre fin à toutes ces pratiques qui traduisent à tout le moins un manquement grave à la doctrine de votre église ».
Messe des Rameaux : «Jésus est en chacun de ceux qui souffrent»
Homélie dominicale

Les textes fondamentaux

Tous les Saints

Foi et vie chrétienne

Diocèses et Paroisses

Les Evêques

Jeunes

Mouvements et associations

Médias et presse

Annuaire catholique

Allo mon père

Demande de messe

Faire un don





© 2011 - 2013 Copyright CECCI. Tous droits réservés – Design by IMPULSE WEB AGENCY