Lundi 23 Avril 2018 - Document sans titre Saint Georges Document sans titre



Document sans titre
"Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux" (Luc 6, 36)
Get the Flash Player to see this rotator.

FLASH INFO Document sans titre
  • "Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée : “Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.” » (Luc 24, 6-7)
  • Accident de la circulation : Un véhicule de transport (communément appelé "gbaka") a violemment percuté par l'arrière, ce mardi 3 avril 2018 aux environs de 18h, la voiture de l'Evêque de Daloa, alors qu'ils roulaient tous dans la même direction au niveau du Banco, vers le Plateau (Abidjan). Suite à un spectaculaire tonneau de sa voiture, Mgr Maurice KONAN Kouassi a été admis à la PISAM, avec son chauffeur. L'Evêque souffre de lésions au niveau des vertèbres, mais ses jours ne sont pas en danger (Source CECCI). Unissons nos prières pour son prompt rétablissement.
  • Garde à ton peuple sa joie, Seigneur, toi qui refais ses forces et sa jeunesse. Tu nous as rendu la dignité de fils de Dieu, affermis-nous dans l'espérance de la résurrection (3è Dimanche de Pâques).
  • Dieu de miséricorde infinie, tu ranimes la foi de ton peuple par les célébrations pascales. Augmente en nous ta grâce, pour que nous comprenions toujours mieux quel baptême nous a purifiés, quel Esprit nous a fait renaître, et quel sang nous a rachetés (2è Dimanche de Pâques, de la Miséricorde divine).

Accueil > Homélie > Dieu, Secours et Force de son Peuple (Ps 45)

Homélie


Dieu, Secours et Force de son Peuple (Ps 45)

Ven 21 Fev 2014, 09:49

1. Nous venons d’entendre la première des six hymnes à Sion que contient le psautier cf. Ps 47 ; 75 ; 83 ; 86 ; 121). Le psaume 45, comme les autres compositions liturgiques analogues, célèbre la cité sainte de Jérusalem, « la ville de Dieu, la plus haute des demeures du Très-Haut » (v.5), mais il exprime surtout une confiance indéfectible en Dieu qui « est pour nous refuge et force, secours dans la détresse, toujours offert » (v.2 ; cf. v.8 et 12). Le psaume évoque les bouleversements les plus effrayants pour affirmer avec encore plus de force l’intervention victorieuse de Dieu, qui donne une pleine sécurité. A cause de la présence de Dieu en elle, Jérusalem « ne pourra vaciller, Dieu la secourt » (v.6).

On pense à l’oracle du prophète Sophonie qui s’adresse à Jérusalem et lui dit : « Pousse des cris de joie, fille de Sion, une clameur d’allégresse, Israël. Réjouis-toi, triomphe de tout ton cœur, fille de Jérusalem… Le Seigneur ton Dieu est au milieu de toi, héros sauveur ! Il exultera pour toi de joie, il te renouvellera par son amour, il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête » (So 3,14.17-18).

2. Le psaume 45 est divisé en deux grandes parties par une sorte d’antienne, qui retentit dans les versets 8 et 12 : « Il est avec nous, le Seigneur de l’univers, citadelle pour nous, le Dieu de Jacob ! » Le titre « Seigneur de l’univers » [Seigneur des armées] est typique du culte hébraïque au temple de Sion et, malgré son aspect martial, lié à l’Arche d’Alliance, il renvoie à la seigneurie de Dieu sur le cosmos tout entier et sur l’histoire.
Aussi ce titre est-il source de confiance, parce que le monde entier et toutes ses vicissitudes sont sous le gouvernement suprême du Seigneur. Ce Seigneur est donc « avec nous », comme le dit encore cette antienne, avec une référence implicite à l’Emmanuel, « Dieu-avec-nous » (cf. Is 7,14 ; Mt 1,23).

3. La première partie de l’hymne (cf. Ps 45,2-7) est centré sur le symbole de l’eau et présente une double signification contrastée. D’une part, en effet, se déchaînent les eaux tumultueuses qui, dans le langage biblique, sont le symbole des dévastations, du chaos et du mal. Elles font trembler les structures de l’être et de l’univers, symbolisées par les montagnes, secouées par la survenue d’une sorte de déluge destructeur (cf. v. 3-4). Cependant, d’autre part, voici les eaux désaltérantes de Sion, ville situé sur des montagnes arides, mais que réjouissent un « Fleuve et ses bras (v. 5). Le Psalmiste, tout en faisant allusion aux sources de Jérusalem – comme celle de Siloé (cf. Is 8,6-7) -  découvre en elles un signe de la vie qui prospère dans la cité sainte, un signe de sa fécondité spirituelle, de sa force régénératrice.
Aussi malgré les bouleversements de l’histoire qui font trembler les peuples et secouent les royaumes (cf. Ps 45,7), le fidèle trouve –t-il en Sion la paix et la sérénité qui découlent de la communion avec Dieu.

4. La seconde partie du psaume (cf. v. 9-11) peut alors esquisser un monde transfiguré. Depuis son trône en Sion, le Seigneur lui-même intervient avec une extrême vigueur contre les guerres et établit la paix à laquelle tous aspirent. Quand on lit le verset 10 de notre psaume : « Il détruit la guerre jusqu’au bout du monde, il casse  les arcs, brise les lances, incendie les chars », on pense spontanément à Isaïe.
Lui aussi, le Prophète a chanté la fin de la course aux armements et la transformation des instruments de guerre et de mort en moyens de développement des peuples : « Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l’épée nation contre nation, on n’apprendra plus à faire la guerre » (Is 2,4).

5. La tradition chrétienne a célébré par ce psaume le Christ, « notre paix » (Ep 2,14) et notre libérateur du mal grâce à sa mort et à sa résurrection. Le commentaire christologique que développe saint Ambroise autour du verset 6 du psaume 45 est suggestif : il décrit le « secours » offert à la ville du Seigneur « quand renaît le matin » (v. 6). Le célèbre Père de l’Eglise y découvre une allusion prophétique à la résurrection.

En effet, explique-t-il, « la résurrection au matin nous procure la subsistance de l’aide céleste, elle qui a repoussé la nuit, qui nous a ramené le jour, comme le dit l’Ecriture : ‟Réveille-toi, lève-toi d’entre les morts ! Et la lumière du Christ t’illuminera !“ …Observe le sens mystique ! Le soir, s’est accomplie la passion du Christ… À l’aube, la résurrection… Au soir du monde, il fut tué, quand la lumière va mourir, car ce monde gisait tout entier dans les ténèbres, et il aurait été plongé dans l’horreur des ténèbres encore plus noires, Si le Christ n’était pas venu du ciel pour nous, lui, lumière d’éternité, pour redonner l’âge de l’innocence au genre humain. Le seigneur Jésus a donc souffert et,  par son sang, il a remis nos péchés ; la lumière d’une conscience plus limpide a resplendi et le jour de la grâce spirituelle a brillé » (Commento a dodici salmi : SAEMO, VIII, Milan-Rome, p. 213).
 

Audience générale du 16 juin 2004



Commentaires

Voir aussi

Je vous confie tous à la Mère du Christ, la Mère des prêtres
Plus de 35.000 Jeunes de l'Archidiocèse d'Abidjan, au stade Félix Houphouët BOIGNY
MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS POUR LE CARÊME 2018
MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS À L'OCCASION DE LA XXVIe JOURNÉE MONDIALE DU MALADE 2018
Homélie dominicale

Les textes fondamentaux

Tous les Saints

Foi et vie chrétienne

Diocèses et Paroisses

Les Evêques

Jeunes

Mouvements et associations

Médias et presse

Annuaire catholique

Allo mon père

Demande de messe

Faire un don





© 2011 - 2013 Copyright CECCI. Tous droits réservés – Design by IMPULSE WEB AGENCY