Vendredi 26 Mai 2017 - Document sans titre Saint Philippe Neri Document sans titre



Document sans titre
"Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux" (Luc 6, 36)
Get the Flash Player to see this rotator.

FLASH INFO Document sans titre
  • #Urgent! #Infos_news: Mgr Ignace Bessi DOGBO, Évêque de Katiola élu nouveau Président de la Conférence des Évêques Catholiques de Côte d'Ivoire.
  • "la relation avec le Seigneur implique le fait d’être envoyé dans le monde comme prophète de sa parole et témoin de son amour". (Pape François, dans son message pour la 54è journée mondiale de prière pour les vocations)
  • Je suis le Pasteur des brebis, je suis la Voie, la Vérité, la Vie ; je suis le bon Pasteur, je connais mes brebis et mes brebis me connaissent. Alléluia.
  • Dieu éternel et tout-puissant, guide-nous jusqu’au bonheur du ciel ; que le troupeau parvienne, malgré sa faiblesse, là où son Pasteur est entré victorieux (4è Dimanche de Pâques).
  • « Face aux questions qui émergent du cœur de l’homme et aux défis qui surgissent de la réalité, nous pouvons éprouver une sensation d’égarement et sentir un manque d’énergies et d’espérance. Il y a le risque que la mission chrétienne apparaisse comme une pure utopie irréalisable ou, en tout cas, comme une réalité qui dépasse nos forces (…)le chrétien ne porte pas seul l’engagement de la mission, mais dans les fatigues et dans les incompréhensions, il fait aussi l’expérience que « Jésus marche avec lui, parle avec lui, respire avec lui, travaille avec lui. Il ressent Jésus vivant avec lui au milieu de l’activité missionnaire ». (pape François, Message 54è journée mondiale de prière pour les vocations)
  • AMORIS LAETITIA : « Face aux situations difficiles et aux fa¬milles blessées, il faut toujours rappeler un prin¬cipe général : ‘‘Les pasteurs doivent savoir que, par amour de la vérité, ils ont l’obligation de bien discerner les diverses situations’’ (Familiaris consortio, n. 84). Le degré de responsabilité n’est pas le même dans tous les cas et il peut exister des facteurs qui limitent la capacité de décision. C’est pourquoi, tout en exprimant clairement la doctrine, il faut éviter des jugements qui ne tien¬draient pas compte de la complexité des diverses situations ; il est également nécessaire d’être attentif à la façon dont les personnes vivent et souffrent à cause de leur condition » (Numéro 79).

Accueil > Foi et vie chrétienne > DIEU VIENT A NOTRE RENCONTRE

Foi et vie chrétienne


DIEU VIENT A NOTRE RENCONTRE

Mar 1 Avr 2014, 13:12

1) Dieu devait-il se révéler afin que nous sachions qui il est ?

Avec sa raison, l’homme peut savoir que Dieu existe mais pas qui il est réellement. Dieu s’est révélé parce qu’il souhaite qu’on le connaisse. [50-53, 68-69]
Dieu n’avait pas besoin de se révéler à nous. Il l’a fait par amour. De même que dans l’amour humain nous ne pouvons connaître quelque chose de l’être aimé que lorsqu’il nous ouvre son cœur, de même nous ne parvenons à connaître quelque chose des pensées les plus intimes de Dieu que parce que le Dieu éternel et mystérieux s’est ouvert à nous par amour. Depuis la création, en passant par les patriarches et les prophètes jusqu’à la REVELATION finale en son Fils Jésus-Christ, Dieu n’a cessé de parler aux hommes. En lui, il nous a ouvert son cœur et il a permis que nous contemplions sa nature la plus intime.

2) Comment Dieu se révèle-t-il dans l’Ancien Testament ?

Dans l’Ancien Testament Dieu se manifeste comme celui qui a créé le monde par amour et reste fidèle aux hommes même lorsque ceux-ci s’éloignent de lui dans le péché. [54-64, 70-72]
Dieu se révèle dans l’histoire : avec Noé il a conclu une Alliance pour le salut de tous les êtres vivants. Il a appelé ensuite Abraham pour faire de lui le père d’une multitude de nations (Gn 17, 5) et bénir en lui tous les peuples de la terre (Gn 12, 3). Le peuple d’Israël, issu d’Abraham, devint son bien particulier. A Moïse, il s’est présenté sous son Nom. Son Nom mystérieux, retranscrit la plupart du temps sous la forme de YAHVE, signifie « je suis celui qui est ». il libère Israël de l’esclavage en Egypte, conclut avec lui une Alliance au Sinaï et lui donne la Loi par Moïse. Dieu ne cesse d’envoyer à son peuple des prophètes pour l’appeler à la conversion et au renouvellement de l’Alliance. Les prophètes annoncent que Dieu conclura une Alliance nouvelle et éternelle qui apportera un renouveau radical et le salut définitif. Cette Alliance sera offerte à toute l’humanité.

3) Quand Dieu nous envoie son Fils, que révèle-t-il de lui-même ?

En Jésus-Christ, Dieu nous montre toute la profondeur de son amour miséricordieux. [65-66, 73]
Par Jésus-Christ, le Dieu invisible devient visible. Il devient homme comme nous. Cela montre jusqu’où va l’amour de Dieu : il prend sur lui tout ce qui pèse sur nous. Il nous accompagne sur tous nos chemins. Il est dans notre solitude, nos peines, notre angoisse devant la mort. Il est là où nous ne pouvons aller plus loin, afin de nous ouvrir la porte de la vie.

4) Avec Jésus-Christ tout est-il dit ou bien la Révélation continuera-t-elle après lui ?

En  Jésus-Christ, Dieu lui-même est venu sur terre. Il est la parole ultime de Dieu. En l’écoutant, les hommes de tous les temps peuvent savoir qui est Dieu et ce qui est nécessaire à leur salut. [66-67]
Avec l’Evangile de Jésus-Christ, la REVELATION de Dieu est définitive et complète. Pour qu’elle nous éclaire, l’Esprit-Saint nous introduit de plus en plus profondément dans la vérité. Dans la vie de certaines personnes, la lumière de Dieu brille d’une manière si intense qu’elles voient « le ciel ouvert » (Ap 7, 56). C’est ainsi que sont nés les grands lieux de pèlerinage comme Notre-Dame-de-Guadalupe à Mexico ou bien Lourdes en France. Les « révélations particulières » des voyants ne peuvent pas améliorer l’Evangile de Jésus-Christ. Elles n’engagent pas notre foi. Mais elles peuvent aider à mieux comprendre l’Evangile. Leur vérité est jugée par l’Eglise.

5) Pourquoi transmettons-nous la foi ?

Nous transmettons la foi parce que Jésus nous le demande : Allez donc de toutes les nations faites des disciples (Mt 28, 19). [91]
Aucun vrai chrétien n’abandonne la transmission de la foi aux seuls spécialistes (enseignants, prêtres, missionnaires). On est chrétien pour les autres. Cela signifie : chaque vrai chrétien voudrait que Dieu vienne également chez les autres. Il se dit : Le Seigneur a besoin de moi ! Je suis baptisé, confirmé et rendu responsable de ce que les personnes de mon entourage prennent connaissance de Dieu et parviennent à la connaissance de la vérité (1 Tm 2, 4). Mère Teresa a utilisé une bonne comparaison : « Souvent tu peux avoir des fils qui bordent les routes. Avant que le courant les traverse, il n’y a pas de lumière. C’est vous qui êtes le fil. Dieu est le courant ! Nous avons la possibilité de permettre au courant de passer à travers nous et de nous utiliser pour allumer la lumière dans le monde- Jésus- ou bien de refuser d’être employés pour la diffuser et d’être ainsi responsable de l’obscurité. »



Commentaires

Voir aussi

MESSAGE SUR LA FOI CHRETIENNE ET LA FRANC-MAҪONNERIE
MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS POUR LA 54e JOURNÉE MONDIALE DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS
Message du pape François à l'occasion de sa visite en Egypte
Regina Caeli: «la miséricorde est la forme concrète par laquelle nous rendons visible la résurrection de Jésus»
Homélie dominicale

Les textes fondamentaux

Tous les Saints

Foi et vie chrétienne

Diocèses et Paroisses

Les Evêques

Jeunes

Mouvements et associations

Médias et presse

Annuaire catholique

Allo mon père

Demande de messe

Faire un don





© 2011 - 2013 Copyright CECCI. Tous droits réservés – Design by IMPULSE WEB AGENCY