Dimanche 23 Septembre 2018 - Document sans titre Saint Constant Document sans titre



Document sans titre
"Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux" (Luc 6, 36)
Get the Flash Player to see this rotator.

FLASH INFO Document sans titre
  • Révérends Pères, Révérendes Sœurs, Révérends Frères Chers Frères et sœurs en Christ, Au début de ce temps de vacances, nous sommes heureux de vous adresser les salutations de vos pères les Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire. Ils vous invitent à mettre ce temps, de fin d’activités pastorales, à profit pour bien vous reposer afin de prendre de nouvelles forces spirituelles pour bien commencer la future année pastorale avec plus de dynamisme. À travers cet appel, les Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire vous invitent à la prudence et à la vigilance. En effet, depuis quelques jours, un groupe d’individus, très mal intentionnés, sévit dans nos villes, sur nos paroisses et même dans nos maisons. Ces indélicats vous appellent ou vous abordent sous la fausse identité d’un Evêque ou d’un Prêtre pour solliciter votre aide financière en faveur des œuvres de l’Eglise. Nous vous demandons une vigilance absolue, quelque soit l’individu en face de vous ou qui vous appelle au téléphone, ne vous laissez pas prendre au piège de ces arnaqueurs. Nous comptons sur la collaboration de tous pour mettre fin aux tristes activités de ces imposteurs. Pour avoir des précisions sur les diocèses de Côte d’Ivoire, en cas de doute sur toute sollicitation, veuillez appelez le 22.47.20.00. En vous assurant de notre soutien spirituel, nous vous souhaitons de passer, chers frères et sœurs, de bonnes vacances sous la protection du Seigneur. Fait à Abidjan le 24 juillet 2018 Le Secrétaire Général Adj. de la CECCI Révérend P. LOLO Donatien
  • Prière de la semaine : Seigneur Jésus Christ, dans cet admirable sacrement, tu nous as laissé le mémorial de ta passion ; donne-nous de vénérer d'un si grand amour le mystère de ton corps et de ton sang, que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de ta rédemption. Toi qui...
  • S.E Mgr Alexis TOUABLI Youlo, évêque d'Agboville, a été nommé le samedi 23 juin 2018 par Sa Sainteté le Pape François, Administrateur Apostolique de Yamoussoukro.
  • Le Samedi 23 juin 2018 en la Cathédrale Christ Roi de Daloa, S.E. Mgr Marcellin YAO Kouadio, précédemment évêque titulaire de Yamoussoukro, a été installé canoniquement sur le siège épiscopal de ce diocèse, devenant ainsi son 5è évêque.

Accueil > Diocèse à la une

A la une

Publié le Mar 12 Juin 2018, 14:19
LE GRAND SEMINAIRE SAINT PAUL D’ABADJIN KOUTE A 25 ANS

Le Grand Séminaire Saint Paul d’Abadjin-Kouté a connu une ambiance très festive le Dimanche 10 juin 2018, à l’occasion de la clôture des festivités marquant le 25ème anniversaire de sa création, en 1993. Durant 25 ans, ce séminaire a donné la formation philosophique requise à des centaines de séminaristes qui sont aujourd’hui en service en tant que prêtres dans tous les diocèses de notre pays. L’occasion a été belle pour Mgr Ignace BESSI, Président de la CECCI, de revenir sur ces souvenirs, et de prodiguer de sages conseils aux 45 élus du jour,admis comme candidats officiels au sacerdoce, par la prise de soutane, en présence d’évêques, de recteurs et professeurs de séminaires, de nombreux prêtres, d’une foule nombreuse d’amis et de parents. Ci-dessous, l’intégralité de son homélie.

Honorables invités,
Vous tous, anciens du Séminaire saint Paul d’Abadjin Kouté,
Chers frères et sœurs,

Nous sommes accourus, ce dimanche, au Philosophat saint Paul d’Abadjin Kouté, pour nous réjouir, à l’occasion de ses 25 ans de fondation. En pareille circonstance se vivent des émotions très fortes, renforcées par les souvenirs d’évènements joyeux ou tristes. Dans nos mémoires défilent des visages, des noms de personnes avec qui nous avons partagé des moments intenses de joie, de mécontentement, de souffrances et de tristesse. Des noms de professeurs aux matières rébarbatives ou aux qualités de grands pédagogues, hommes de grande science et amoureux de leur profession et mission, sont ceux qui nous reviennent le plus. Tout cela constitue les ingrédients d’une allégresse pour un jubilé.
Sonnons le cor, jubilons, rendons grâce avec les Evêques qui ont eu l’ingénieuse idée de séparer les théologiens des philosophes, non pour marquer la rupture entre la philosophie et la théologie, mais pour distinguer pour mieux unir, et surtout pour un meilleur encadrement ! Soyons dans l’allégresse avec tous les chrétiens dont l’obole, à l’occasion des offrandes impérees pour Saint Pierre Apôtre, à la Toussaint, a permis d’avoir les moyenssuffisants pour bâtir cette maison de formation ! Dansons avec les entrepreneurs et maçons pour chaque brique posée l’une sur l’autre pour bâtir cette œuvre !Rions avec les pionniers qui,avec leurs formateurs, courageusement, ont transporté les premiers sauts d’eau, il y a 25 ans, en 1993, pour la cuisine, pour la douche, pour arroser les plantes et pour bien d’autres choses de la vie bien utiles. Rendons grâce pour ceux qui ont pris un bon élan dans cette maison et sont devenus de très bons prêtres ! Jubilons avec ceux qui ont bénéficié d’une formation qui, sans les conduire au sacerdoce, a fait d’eux de bons chrétiens et de bons citoyens.

Les rappels de ces bons souvenirs seraient incomplets s’ils n’intègrent une pensée pieuse pour un homme, dont le nom et le patronage ont marqué et continuent de marquer la vie de ce lieu, rythmant la formation biblique, philosophique,  les célébrations liturgiques et les actes de piété. Cet homme, vous l’avez deviné, c’est l’apôtre Paul, apôtre des Nations, missionnaire au zèle inégalable. Et pourtant, ce grand amoureux de Jésus-Christ qui l’a saisi et fait de lui l’instrument de choix pour que son nom soit connu dans toutes les nations païennes, avait une conscience claire à la fois de son péché et de la miséricorde infinie de Dieu. Ce n’est donc pas un hasard que le jour, où nous célébrons le jubilé d’argent d’une maison qui porte son nom, la liturgie nous propose des textes dans lesquels reviennent les mots : péché, Satan, blasphème, grâce, pardon.   

DE DIEU,  LE PECHEUR ET LE TENTATEUR : SELON LES TEXTES

C’est donc tout naturellement que je voudrais bâtir ma méditation sur la relation entre Dieu, le pécheur et Satan, le tentateur. Si Dieu aime l’homme pécheur avec qui il entre en dialogue pour situer sa responsabilité et l’aider au repentir en vue de la conversion à la sainteté, Dieu, à l’inverse ne pactise jamais avec le tentateur et le péché.
Dans le passage du livre de la Genèse proclamée toute à l’heure, la relation entre Dieu, le pécheur et le tentateur, Satan, se présente en trois tableaux : Dieu, Adam et la femme ; Dieu, la femme et le serpent ; Dieu et le serpent.Dans le premier tableau qui met en présence, Dieu, Adam et la femme, c’est,pourrait-on dire, un procès sous forme de dialogue qui s’instaure entre Dieu,Adam et la femme. La justice de Dieu se met à la recherche d’Adam pécheur, met le doigt sur son péché et sa responsabilité. Le pécheur Adam va, quant à lui, chercher à se dédouaner en accusant l’autre, la femme. Le tableau s’achève sans verdict immédiat, laissant le procès se poursuivre.
Dans le deuxième tableau Dieu fait comparaître la femme et le serpent. L’interrogatoire ne change pas de forme : la femme interpellée sur son péché accuse le serpent. Le procès se poursuit sans verdict.

Contrairement au deux premiers, le dernier tableau, le troisième laisse Dieu en face du serpent. Ici il n’y a pas de procès mais une sentence. Dieu donne le verdict en commençant par le serpent. Et ce verdict sera sans appel : « Tu seras maudit ». C’est avec cette malédiction que le texte proposé s’achève, mais nous savons que Dieu donnera, dans un ordre inversé, le châtiment de chacun. La malédiction directe du serpent est le premier verdict, les peines des grossesses pour la femme, le deuxième et la malédiction du sol à cause de l’homme, le dernier verdict (cf. Gn 3, 14-20). Ainsi le texte semble organisé en cercles concentriques avec le serpent, symbolisant Satan au centre. Dès lors tout le poids du péché semble reposer sur lui, d’où son châtiment sans procès et sans appel.

Chers frères et sœurs, l’issue de ce procès où Satan est condamné fait ressortir la miséricorde de Dieu pour Adam et la femme, qui se manifeste dans la confection de tuniques de peau pour l’homme et la femme (cf. Gn 3, 21). Nous comprenons ainsi qu’autant Dieu ne veut rien savoir du péché, de Satan symbolisé par le serpent, autant Dieu dialogue avec le pécheur dont il ne veut pas la mort mais la conversion pour la vie. C’est de ce dialogue que témoigne le Psaume 129 : « Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, …Si tu retiens les fautes Seigneur, Seigneur, qui subsistera ? Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme te craigne. »

Ce dialogue, qui permet de reconnaitre son péché et de confesser la miséricorde et le pardon de Dieu, est fondamental. Dans l’Evangile de ce jour ce dialogue est encadré par l’intervention des parents de Jésus qui est annoncée au début et à la fin de l’évangile. Entre les deux bornes qui forment une inclusion, Jésus est en dialogue controversé avec les scribes venus de Jérusalem. Ceux-ci remettent en question l’origine de son pouvoir d’expulser Satan. Il l’attribue même à Satan. Ce faisant il commettent un péché que Jésus qualifie de blasphème contre l’Esprit Saint. Alors qu’aux enfants des hommes, tous les péchés et blasphèmes seront pardonnés, à celui qui se rendra coupable du blasphème contre l’Esprit Saint,il ne sera jamais pardonné. Il se rend coupable d’un péché pour toujours. En effet blasphémer contre l’Esprit Saint n’est –ce pas attribuer son œuvre à Satan ? C’est comme si l’on attribuait le pardon à Satan, le tentateur. Comment espérer obtenir le pardon de Satan qui justement travaille à nous faire tomber dans le péché ? A la vérité, c’est mettre Dieu dans une situation qui rend impossible son pardon que d’attribuer sa miséricorde à celui qui est incapable de miséricorde, à Satan.   

25 ANS DE FORMATION A LA MISERICORDE DE DIEU

Chers frères et sœurs, en même temps que les textes de ce jour nous invitent à prendre conscience de l’importance du repentiren vue du pardon, en même ils nous invitent à contempler l’infinie miséricorde de Dieu. Nous voulons à l’occasion de la célébration des 25 ans du Séminaire saint Paul d’Abadjin Kouté, nous émerveiller de l’action de Dieu au cœur et en faveur de cette institution. Pendant 25 ans Dieu a permis que des générations d’apôtres de la miséricorde soient formées. Envoyés dans leurs lieux d’insertion pastorale, missionnaires infatigables, ils ne cessent d’annoncer la miséricorde  de Dieu pour ouvrir le cœur des hommes au repentir et à la conversion.
Anciens pensionnaires de Saint Paul d’Abadjin, apôtres de la miséricorde soyez aussi des combattants de la lutte contre le péché. Aujourd’hui, dans notre monde l’on veut faire passer le péché pour le bien et le bien pour le péché. Formés au discernement entre le bien et le mal, apôtres de la miséricorde instruits en ce lieu, ne vous lassez pas de crier aux oreilles de nos compatriotes et contemporains, que Satan continue son œuvre de tentateur et que la vigilance s’impose pour échapper à ses pièges.

CANDIDATS AU SACERDOCE, FUYEZ LE MAL AVEC HORREUR, ATTACHEZ-VOUS A LA MISERICORDE

Quant à vous, chers candidats au sacerdoce, vous n’êtes que candidats au sacerdoce. Officiellement vous serez admis parmi les candidats au sacerdoce et ferez votre prise de soutane. Vous vous engagez,de ce fait, dans une marche relativement longue qui devrait vous conduire ou au sacerdoce ou à la vie active selon l’illumination de Dieu. Car il est écrit, « beaucoup d’appelés peu d’élus ». Vous serez parmi les élus si vous savez reconnaitre dans la vérité vos péchés et luttez pour en sortir par le pardon que Dieu donne à profusion à ceux qui se convertissent et professent sa miséricorde. Attachez-vous à la miséricorde et fuyez le mal avec horreur.

Laissez-vous former à fuir le mal avec horreur, le mal sous toutes ses formes, le mal qui a pour racine l’amour de l’argent selon le mot de Paul (cf.1Tm 6, 10), et qui aujourd’hui fait ravage dans notre Eglise. Luttez contre le mal en vous et autour de vous. Ne permettez pas que l’esprit de Sodome et Gomorrhe entre dans votre cœur, dans vos membres, dans votre vie et dans votre maison. Vous en connaissez le châtiment sans procès de la part de Dieu ; vous n’ignorez pas le châtiment qui tombera sur vous de la part de vos hiérarchies sans procès.

Candidats jubilaires au sacerdoce, que comptez-vous faire des 25 ans qui s’ouvrent devant vous ? Quels prêtres vous préparez-vous à devenir ? Voulez-vous devenir des prêtres quelconques, enracinés dans le mal de la désobéissance, de l’enrichissement égoïste, de l’incontinence établie en système ? Votre réponse à cette interrogation vous fera avancer ou renoncer d’avancer vers le sacerdoce. Sachez-le ! Un très bon séminariste fera un bon prêtre ; un bon séminariste fera un prêtre passable ; un séminariste passable, fera un prêtre médiocre ; un prêtre médiocre fera sa propre souffrance et la souffrance de l’Eglise, se rendant indésirable aux chrétiens.

Satan est là ! Mais Jésus le chasse et s’en rend vainqueur par la puissance de l’Esprit Saint. Laissez-vous donc conduire par l’Esprit de Dieu et vous résisterez à Satan qui fuira loin de vous. Vous poursuivrez alors allègrement votre marche vers le sacerdoce. Vous serez des prêtres bons et dynamiques,debout et non assis, encore moins couchés, parcourant les chemins de l’annonce,bravant, comme votre saint patron, en missionnaires infatigables, les dangers de toutes sortes.  Ainsi, dans 25 ans nous nous retrouverons joyeux pour sonner le cor, et nous réjouir des 50 ans de cette belle institution, entretenue et embellie grâce à l’organisation d’une Eglise-communion autonome, au service de tous.
Que saint Paul, votre saint patron nous aide à sortir victorieux de la lutte contre le péché et du combat pour la miséricorde. Amen.


Voir aussi

Document sans titre
Une nouvelle constitution apostolique pour le synode des évêques
Angélus: suivre le Christ, c'est faire le choix de l'amour
RENCONTRE DU MINISTRE AUPRÈS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE CHARGE DES AFFAIRES POLITIQUES AVEC LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE DE CÔTE D’IVOIRE ABIDJAN, LE 10 SEPTEMBRE 2018
RENCONTRE DU MINISTRE AUPRÈS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE CHARGE DES AFFAIRES POLITIQUES AVEC LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE DE CÔTE D’IVOIRE ABIDJAN, LE 10 SEPTEMBRE 2018

Liste des Evêques


Les paroisses

Contact
  • B.P. 713 CIDEX 3 ABIDJAN-RIVIERA
  • Tél. 22.47.20.00
  • Fax. 22.47.60.65




© 2011 - 2013 Copyright CECCI. Tous droits réservés – Design by IMPULSE WEB AGENCY