Vendredi 24 Novembre 2017 - Document sans titre André Dung-Lac et ses Compagnons Document sans titre



Document sans titre
"Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux" (Luc 6, 36)
Get the Flash Player to see this rotator.

FLASH INFO Document sans titre
  • Sa Sainteté le Pape François a accepté ce 12 octobre 2017, la démission de Son Excellence Mgr Marie-Daniel DADIET, qui avait demandé à être relevé de la charge pastorale de l'Archidiocèse de Korhogo, pour raison de santé. Le Saint Père nomme S.E Mgr Ignace BESSI Dogbo, Evêque de Katiola, Administrateur Apostolique de l'Archidiocèse de Korhogo.

Accueil > Saint du jour > Sainte Marguerite d’Youville

Saints du jour

Sainte Marguerite d’Youville

Sainte Marguerite d’Youville (1701-1771) Fondatrice de la Congrégation des Soeurs de la Charité Première fleur de sainteté aux racines canadiennes, MARGUERITE d’YOUVILLE naît à Varennes (Québec), le 15 octobre 1701. Enfant de Christophe Dufrost de Lajemmerais et de Marie-Renée Gaultier de Varennes, ella sera suivie de deux soeurs et trois frères. À sept ans, elle est orpheline de père. Sa famille connaît dès lors une grande pauvreté. Grâce à l’influence de Pierre Boucher, son arrière-grand-père, Marguerite bénéficie de deux années d’études chez les Ursulines de Québec. Ses éducatrices décèlent chez elle un caractère bien trempé et une grande maturité. De retour au foyer, l’adolescente seconde sa mère dans la tenue de la maison et l’éducation de ses frères et soeurs. Plus tard, elle suit à Montréal sa mère remariée et fait la connaissance de François d’Youville qu’elle épouse en 1722. Très tôt, elle réalise qu’il devient indifférent à son foyer. Elle souffre de ses fréquentes absences et de son commerce de l’alcool avec les Indiens. Des six enfants qu’elle met au monde, quatre décèdent en bas âge. À ces épreuves s’ajoute celle de la cohabitation avec une belle-mère exigeante. Lorsqu’une maladie soudaine et mortelle atteint son mari, Marguerite veille sur lui avec tendresse jusqu’à ce qu’il meure, en 1730, la laissant enceinte du sixième enfant qui ne survivra pas. La jeune veuve saisit progressivement l’amour de sollicitude de Dieu pour tous les humains et se sent pressée de manifester cette compassion autour d’elle. Avec une immense confiance en la Providence de ce Dieu qu’elle aime comme un Père, elle entreprend de multiples ceuvres en réponse à des besoins non comblés. Tout en veillant à l’éducation de ses deux fils qui deviendront prêtres, elle accueille chez elle une aveugle, le 21 novembre 1737. Puis, avec trois compagnes qui partagent ses visées, elle se consacre à Dieu, le 31 décembre 1737, pour le servir dans la personne des plus démunis. Marguerite devient alors, à son insu, fondatrice de l’Institut connu plus tard sous le nom de Soeurs de la Charité de Montréal, "Soeurs Grises". En se rangeant du côté des pauvres, Marguerite fait éclater les cadres sociaux de son époque. Aussi cette femme audacieuse est-elle la cible des railleries et des calomnies des siens et de son milieu. Elle persévère dans son projet malgré une santé ébranlée et la mort d’une associée. L’incendie qui détruit son logis l’amène à radicaliser son engagement au service des pauvres. Avec ses deux compagnes de première heure, elle s’engage, le 2 février 1745, à tout mettre en commun pour aider un plus grand nombre de personnes dans le besoin. Deux ans plus tard, la "mère des pauvres", comme on l’appelle déjà, prend la direction de l’Hôpital des Frères Charon qui tombe en ruine. Elle en fait un refuge pour toutes les misères humaines que son oeil perspicace sait découvrir. Avec ses soeurs et les collaborateurs et collaboratrices dont elle s’entoure, Marguerite met sur pied des services en faveur des pauvres aux mille visages. En 1765, un incendie ravage l’hôpital, mais non la foi et le courage de la fondatrice. Elle invite alors ses soeurs et les pauvres à reconnaître le passage de Dieu dans cette épreuve et à le louer. Et comme si elle voyait l’avenir, elle entreprend, à 64 ans, la reconstruction de ce refuge des gens mal pris. Épuisée, Marguerite décède le 23 décembre 1771, laissant le souvenir d’une mère qui a servi avec compassion Jésus Christ dans les démunis. Le petit grain jeté en terre canadienne en 1737 par cette fille de l’Église, devient un arbre qui étend ses racines sur presque tous les continents. Les Soeurs de la Charité de Montréal, "Soeurs Grises", avec leurs communautés-soeurs : les Soeurs de la Charité de St-Hyacinthe, les Soeurs de la Charité d’Ottawa, les Soeurs de la Charité de Québec, les Grey Nuns of the Sacred Heurt (Philadelphia) et les Grey Sisters of the Immaculate Conception (Pembroke) poursuivent la même mission avec audace et espérance. Le 3 mai 1959 le pape Jean XXIII proclamait bienheureuse cette Mère à la charité universelle, cette femme au coeur sans frontière. Depuis ce jour, la dévotion du peuple à cette grande servante des pauvres n’a cessé de croître et de nombreuses faveurs sont obtenues par son intercession. L’une d’elles, la guérison d’une jeune femme atteinte de leucémie myéloblastique en 1978, a servi de miracle requis pour sa canonisation. Aujourd’hui encore, Marguerite d’Youville sait comprendre, pour les avoir vécues, les situations pénibles qui marquent tant d’enfants orphelins, d’adolescents inquiets de l’avenir, de jeunes filles aux espoirs déçus, d’épouses brimées dans leur amour, de familles monoparentales, de personnes engagées dans les oeuvres caritatives et de celles dont la vie est consacrée à Dieu au service de leurs frères et soeurs. Site officiel du Vatican
Liste des Evêques


Les paroisses

Contact
  • B.P. 713 CIDEX 3 ABIDJAN-RIVIERA
  • Tél. 22.47.20.00
  • Fax. 22.47.60.65

© 2011 - 2013 Copyright CECCI. Tous droits réservés – Design by IMPULSE WEB AGENCY