Samedi 26 Mai 2018 - Document sans titre Saint Philippe Neri Document sans titre



Document sans titre
"Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux" (Luc 6, 36)
Get the Flash Player to see this rotator.

FLASH INFO Document sans titre
  • Dieu notre Père, tu as envoyé dans le monde ta Parole de vérité et ton Esprit de sainteté pour révéler aux hommes ton admirable mystère. Donne-nous de professer la vraie foi en reconnaissant la gloire de l'éternelle Trinité, en adorant son Unité tout-puissante (Solennité de la Sainte Trinité)
  • La 110è Assemblée Plénière de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d'Ivoire se tient du 21 au 27 Mai 2017 à Bingerville, dans l'archidiocèse d'Abidjan.
  • La messe de clôture de la 110è Assemblée Plénière de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d'Ivoire aura lieu le Dimanche 27 mai 2018 à 09h, à la Paroisse Saint Jean-Paul II de Cocody-Angré, 8è tranche.
  • S.E Mgr Joseph TEKY Niangoran, évêque émérite de Man, célébrera ses 25 ans d'épiscopat le Samedi 02 juin 2018 à 09h30, en la Cathédrale saint Michel de Man. Vous y êtes cordialement invités.
  • Samedi 23 juin 2018 à 9h30 en la Cathédrale Christ Roi, S.E. Mgr Marcellin YAO Kouadio, précédemment évêque titulaire de Yamoussoukro, sera installé sur le siège épiscopal de Daloa, devenant ainsi le 5è évêque de ce diocèse. Vous y êtes cordialement invités.

Accueil > Saint du jour > Saint Charbel Makhlouf

Saints du jour

Saint Charbel Makhlouf

Saint Charbel Makhlouf Prêtre et moine maronite (1828-1898) Saint Charbel Makhlouf naquit au Liban, le 8 mai 1828, dans le village maronite de Bika’Kafra. Sa mère le nomma Youssef. Berger à l’âge de sept ans, il se réfugiait dans une grotte afin de prier à l’heure du midi loin des regards indiscrets, tandis que son troupeau se reposait. Youssef suivit aussi les leçons du maître d’école qui se résumaient alors à lire, à écrire, à prier et à servir la messe. En 1851, Youssef ayant atteint sa vingt-troisième année, il résolut de quitter son village sans prévenir personne, pour se rendre au monastère de Notre-Dame de Maïfouk, de l’Ordre libanais maronite. Huit jours après son entrée, il prend l’habit et choisit le nom de Charbel, illustre martyr de l’Église d’Antioche, en l’an 107, sous Trajan. Dès le début de sa vie religieuse, sa générosité dépasse toute obligation. Il se signale surtout par la simplicité et la sincérité de sa piété. Le 1er octobre 1853, saint Charbel prononce les trois voeux de religion, acceptant joyeusement d’être victime perpétuelle jusqu’à sa mort. Aucun travail manuel ne rebutait cette âme d’élite. Il disait à son supérieur : « Donnez-moi, si vous m’en jugez digne, les corvées les plus rudes et les plus humiliantes. » Pendant plusieurs mois, on le chargea de nettoyer les couloirs et de collecter les ordures. Il dut défricher des terres incultes à l’aide de la plus lourde pioche qu’il maniait dix heures par jour. En juillet 1859, Mgr Joseph Al Madrid lui conféra la prêtrise ; saint Charbel était âgé de trente et un ans. Après son ordination, il passa seize ans à Annaya, avant d’avoir l’autorisation de se retirer dans l’ermitage du monastère où s’écouleront les vingt-trois dernières années de sa vie. Là, dès son lever, le Père Charbel se dirige vers la chapelle où il demeure cinq heures en adoration. A le considérer, on constatait que son coeur, son âme et ses pensées étaient toutes plongées en Dieu. Presque continuellement agenouillé, il fixe le tabernacle et s’absorbe dans une profonde méditation. Le saint solitaire entretenait sa vie d’oraison par le silence. Aux questions qui lui étaient posées, il ne répondait, aimablement, que le nécessaire. Un jour, avant la consécration du Saint Sacrifice de la messe, comme un froid intense sévissait, un frisson le prit subitement. Son compagnon s’aperçut de sa faiblesse et l’amena se reposer un instant. Après un second essai pour terminer sa messe, saint Charbel fut soudainement atteint de paralysie et dut s’aliter pour la première fois de sa vie. Son agonie dura huit jours ; agonie de paix, agonie de saint. « O Père de vérité, voici Votre Fils, victime pour Vous plaire... » Ses lèvres répétèrent continuellement ces paroles de la messe jusqu’au moment où il rendit sa grande âme à Dieu dans la nuit du 24 décembre 1898, vigile de la fête de Noël. Le plus grand prodige après celui de la vie de saint Charbel Makhlouf consiste dans l’état de conservation miraculeuse de son corps. Les foules se sont empressées d’accourir pour contempler ce prodige inouï qui s’est perpétué longtemps après sa mort.
Liste des Evêques


Les paroisses

Contact
  • B.P. 713 CIDEX 3 ABIDJAN-RIVIERA
  • Tél. 22.47.20.00
  • Fax. 22.47.60.65

© 2011 - 2013 Copyright CECCI. Tous droits réservés – Design by IMPULSE WEB AGENCY