Mercredi 28 Juin 2017 - Document sans titre Saint Cyrille d’Alexandrie Document sans titre



Document sans titre
"Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux" (Luc 6, 36)
Get the Flash Player to see this rotator.

FLASH INFO Document sans titre
  • #Urgent! #Infos_news: Mgr Ignace Bessi DOGBO, Évêque de Katiola élu nouveau Président de la Conférence des Évêques Catholiques de Côte d'Ivoire.
  • "la relation avec le Seigneur implique le fait d’être envoyé dans le monde comme prophète de sa parole et témoin de son amour". (Pape François, dans son message pour la 54è journée mondiale de prière pour les vocations)
  • Je suis le Pasteur des brebis, je suis la Voie, la Vérité, la Vie ; je suis le bon Pasteur, je connais mes brebis et mes brebis me connaissent. Alléluia.
  • Seigneur Jésus Christ, dans cet admirable sacrement, tu nous as laissé le mémorial de ta passion; Donne-nous de vénérer d'un si grand amour le mystère de ton corps et de ton sang, que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de ta rédemption. Toi qui...
  • « Face aux questions qui émergent du cœur de l’homme et aux défis qui surgissent de la réalité, nous pouvons éprouver une sensation d’égarement et sentir un manque d’énergies et d’espérance. Il y a le risque que la mission chrétienne apparaisse comme une pure utopie irréalisable ou, en tout cas, comme une réalité qui dépasse nos forces (…)le chrétien ne porte pas seul l’engagement de la mission, mais dans les fatigues et dans les incompréhensions, il fait aussi l’expérience que « Jésus marche avec lui, parle avec lui, respire avec lui, travaille avec lui. Il ressent Jésus vivant avec lui au milieu de l’activité missionnaire ». (pape François, Message 54è journée mondiale de prière pour les vocations)
  • AMORIS LAETITIA : « Face aux situations difficiles et aux fa¬milles blessées, il faut toujours rappeler un prin¬cipe général : ‘‘Les pasteurs doivent savoir que, par amour de la vérité, ils ont l’obligation de bien discerner les diverses situations’’ (Familiaris consortio, n. 84). Le degré de responsabilité n’est pas le même dans tous les cas et il peut exister des facteurs qui limitent la capacité de décision. C’est pourquoi, tout en exprimant clairement la doctrine, il faut éviter des jugements qui ne tien¬draient pas compte de la complexité des diverses situations ; il est également nécessaire d’être attentif à la façon dont les personnes vivent et souffrent à cause de leur condition » (Numéro 79).

Accueil > Saint du jour > Saint Charbel Makhlouf

Saints du jour

Saint Charbel Makhlouf

Saint Charbel Makhlouf Prêtre et moine maronite (1828-1898) Saint Charbel Makhlouf naquit au Liban, le 8 mai 1828, dans le village maronite de Bika’Kafra. Sa mère le nomma Youssef. Berger à l’âge de sept ans, il se réfugiait dans une grotte afin de prier à l’heure du midi loin des regards indiscrets, tandis que son troupeau se reposait. Youssef suivit aussi les leçons du maître d’école qui se résumaient alors à lire, à écrire, à prier et à servir la messe. En 1851, Youssef ayant atteint sa vingt-troisième année, il résolut de quitter son village sans prévenir personne, pour se rendre au monastère de Notre-Dame de Maïfouk, de l’Ordre libanais maronite. Huit jours après son entrée, il prend l’habit et choisit le nom de Charbel, illustre martyr de l’Église d’Antioche, en l’an 107, sous Trajan. Dès le début de sa vie religieuse, sa générosité dépasse toute obligation. Il se signale surtout par la simplicité et la sincérité de sa piété. Le 1er octobre 1853, saint Charbel prononce les trois voeux de religion, acceptant joyeusement d’être victime perpétuelle jusqu’à sa mort. Aucun travail manuel ne rebutait cette âme d’élite. Il disait à son supérieur : « Donnez-moi, si vous m’en jugez digne, les corvées les plus rudes et les plus humiliantes. » Pendant plusieurs mois, on le chargea de nettoyer les couloirs et de collecter les ordures. Il dut défricher des terres incultes à l’aide de la plus lourde pioche qu’il maniait dix heures par jour. En juillet 1859, Mgr Joseph Al Madrid lui conféra la prêtrise ; saint Charbel était âgé de trente et un ans. Après son ordination, il passa seize ans à Annaya, avant d’avoir l’autorisation de se retirer dans l’ermitage du monastère où s’écouleront les vingt-trois dernières années de sa vie. Là, dès son lever, le Père Charbel se dirige vers la chapelle où il demeure cinq heures en adoration. A le considérer, on constatait que son coeur, son âme et ses pensées étaient toutes plongées en Dieu. Presque continuellement agenouillé, il fixe le tabernacle et s’absorbe dans une profonde méditation. Le saint solitaire entretenait sa vie d’oraison par le silence. Aux questions qui lui étaient posées, il ne répondait, aimablement, que le nécessaire. Un jour, avant la consécration du Saint Sacrifice de la messe, comme un froid intense sévissait, un frisson le prit subitement. Son compagnon s’aperçut de sa faiblesse et l’amena se reposer un instant. Après un second essai pour terminer sa messe, saint Charbel fut soudainement atteint de paralysie et dut s’aliter pour la première fois de sa vie. Son agonie dura huit jours ; agonie de paix, agonie de saint. « O Père de vérité, voici Votre Fils, victime pour Vous plaire... » Ses lèvres répétèrent continuellement ces paroles de la messe jusqu’au moment où il rendit sa grande âme à Dieu dans la nuit du 24 décembre 1898, vigile de la fête de Noël. Le plus grand prodige après celui de la vie de saint Charbel Makhlouf consiste dans l’état de conservation miraculeuse de son corps. Les foules se sont empressées d’accourir pour contempler ce prodige inouï qui s’est perpétué longtemps après sa mort.
Liste des Evêques


Les paroisses

Contact
  • B.P. 713 CIDEX 3 ABIDJAN-RIVIERA
  • Tél. 22.47.20.00
  • Fax. 22.47.60.65

© 2011 - 2013 Copyright CECCI. Tous droits réservés – Design by IMPULSE WEB AGENCY